Complot et Devoir

En cette période d’incertitude, être complotiste est une injure. En fait, une approche moins émotionnelle permet de faire apparaître la cause première de cette affirmation : le sens dégradé du devoir.

Complot

« Il ne peut y avoir d’amitié là où se trouve la cruauté, la déloyauté, l’injustice. Entre méchants, lorsqu’ils s’assemblent, c’est un complot et non une société. Ils ne s’aiment pas mais se craignent. Ils ne sont pas amis mais complices. »

Etienne de la Boëtie – Discours de la servitude volontaire

*

Il y a soupçon de complot lorsque l’amitié sociale disparaît, lorsque la confiance entre le peuple est ses dirigeants n’existe plus.

La confiance s’appuie sur la capacité des dirigeants à éclairer l’avenir, ce qui génère de l’espoir, et à agir en conformité avec l’ensemble du projet politique qu’ils ont proposé. Pour le peuple, la trahison et le mensonge, après avoir détruit la confiance, font basculer l’univers des dirigeants dans celui des fomenteurs de complot.

Ceux-ci deviennent des profiteurs qui, par le mensonge, la déloyauté et l’injustice, ont ourdi un complot afin d’assouvir leur soif de pouvoir et d’argent.

Il ne faut pas inverser la proposition : c’est le mensonge des dirigeants qui est à l’origine de la théorie du complot et non le fantasme populiste.

*

Devoir

« C’est le devoir qui crée le droit et non le droit qui crée le devoir. »

François-René de Chateaubriand – Discours à la chambre des Pairs

*

Le devoir procède de la morale et la morale de la perception de l’homme. Le droit n’est ainsi que la mise en œuvre de règles permettant le respect de ces principes, donc du respect de l’homme dans son identité profonde.

Ainsi, dans notre civilisation chrétienne, jusqu’au milieu du XIXème siècle, le devoir était établi à partir de la nature humaine exprimant la dignité de l’homme, de sa conception jusqu’à sa mort. La protection du plus faible s’inspirait du Décalogue et induisait un certain nombre de devoirs allant du sacrifice pour sa famille jusqu’au sacrifice pour sa patrie. Le Code napoléonien était construit sur ce devoir préalable.

La révolution de 1968 ayant inversé la démarche exprimée par Chateaubriand, c’est maintenant le droit, inspiré au hasard par des intérêts sectoriels et non plus par la réalité de la nature humaine, qui génère le devoir.

*