Abus et complaisance

Abus

Abus de pouvoir3

 

« Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus. »

François-René de Chateaubriand

 

 

L’abus procède de la légitimité dévoyée. C’est la trahison par excellence. Elle s’appuie sur un état qui induit la confiance et ainsi fait disparaître toute suspicion.

L’institution, le groupe d’individus ou l’individu qui abusent sont détenteurs d’une légitimité originaire dont ils font un outil de leurs propres intérêts, de leurs propres turpitudes, en ayant détruit, au préalable, les défenses de leurs interlocuteurs.

 

Complaisance

 

Complaisance3

« La complaisance est une disposition à s’accommoder au plaisir et aux désirs des autres. C’est le désir de plaire par intérêt et en même temps la crainte de déplaire. »

Jean-Jules Richard

 

La complaisance remplace la démarche morale guidée par une règle, par la recherche systématique du plaisir : complaisance vis-à-vis de soi, complaisance vis-à-vis des autres.

La complaisance apparaît souvent sous le faux-nez d’une « morale ouverte » permettant au complaisant de se sentir généreux et à celui qui fait l’objet de cette complaisance de se sentir compris.

En fait ces deux lâchetés construites sur la recherche du plaisir et le mensonge ne peuvent qu’entraîner incompréhensions et conflits.